Retour

APPRENDRE A JOUER DU DIDGERIDOO




S'installer :


Il faut, pour jouer du didgeridoo, être confortablement installer.
Pour cela, pas de vêtements serré à la taille ou au cou, une position qui ne comprime ni les pumons, ni l'abdomen, qui permettent de bien respirer : donc accroupie, assis, debout, en tailleur, cela dépendra de la taille du didgeridoo que vous aveez en main !
Il faut ensuite pouvoir entendre correctement ce que l'on joue. En effet, le joueur et aussi celui qui entend le moins bien ce qu'il joue. Pour cela, il faut améliorer le retour du son : jouer contre un mur ou dans un angle de mur, dans une corbeille en métal, ou même dans sa baignoire !!! Si vous êtes en ville, vous pouvez chercher un pont par exemple, de préférence en pierre.
Astuce : Si vous jouer avec d'autres instruments, bouchez vous une oreille, c'est très efficace !
Il faut enfin avoir de quoi boire. En effet la condensation de votre souffle coule le long du didgeridoo, et prouve que vous vous déshydrater, ce qui empêche de jouer correctement.

Vous êtes donc normalement prêt à jouer du didgeridoo dans les meeilleurs condditions !

La vibration de base :


Chez certaines personnes heureuses, comme les enfants le plus souvent, la vibration de base vient naturelement, mais c'est loin d'être le cas de tout le monde ...
Pour y parvenir, faites, sans le didgeridoo, rebondir vos lèvres comme un cheval, ou un enfant qui pousse une petite voiture. Vos lèvres doivent être souple et non serrées ou tendues !!
Prenez une grande inspiration, posez vos lèvres sur l'embouchure du didgeridoo, pas trop fort, mais assez pour éviter les fuites d'air, puis soufflez comme au dessus. Ne soufflez pas trop fort car vous arriveriez sur une autre technique qui nous interressera plus tard, la survibration.
Essayer de souffler de moins en moins fort en maintenant la vibration de vos lèvres.
Quand vous serez arrivés à faire la vibration de base, vous le saurez car un son parfaitemeent différent se fera entendre, et vous sentirez l'instrument vibrez entre vos mains !
Essayez de la produire, petit à petit, du premier coup, et rendre la notee régulière, sans variations.
Si vous n'y arriver, c'est peeut être à cause de la taille de l'embouchure qui est trop grande.

Les rythmiques de bases :


Voilà qui devient plus interressant !
Faites la vibration de base, et rentrer vivement le ventre au niveau de l'estomac. Essayer d'enchaîner les coups d'abdomen. Cette technique se nomme le gut slap.
Mettons que la vibration soit onnnnn, et que lee coup d'abdomen soit HA. Le gut slap fait donc onnnnnHA. Eh bien voilà déjà de belle perspectives de rythmes :

onnnnnHA onnnnnHA onnnnnHAHA (2 impulsions) onnnnnHAHA
ou bien raccourcir la vibration : onHA onHA onHAHA onHAHA ...

Une autre technique consiste à faire hoqueter votre didgeridoo. Pour cela , il faut interrompre brièvement le souffle avec la gorge (pas avec l'abdomen). Faites comme si vous parliez sans les cordes vocales : Heu Heu Heu ....
En le faisant de façon plus ou moins saccadés, fort ou vite, vous verrez qu'on peut facilement rythmer son jeu.
Essayer d'alterner les gut slap et les hoquets :

onnnnnHA onnnnnHA Heu Heu onnnnnHA onnnnnHA Heu onnnnnHA Heu Heu Heu, ...

Essayer également de jouer de plus en plus vite, non pas pour faire la course, mais pour arriver à dde nouveaux rythmes et aussi pour muscler vos abdominaux !

Le WOUA : Prenez une grande insspiration, faites la vibration de base et au moment que vous voudrez, gonflez vos joues de manières à expulser vivement l'air de votre bouche ! N'arretez pas de soufflez avec vos poumons pendant ce temps !
Ce débit d'air soudain va produire un WOUA net et caractéristique du didgeridoo. Ce WOUA ressemble plus au croassement d'une grenouille qu'à l'aboiement d'un chien.
Faites le de plus en plus rapidement, ça musclera vos joues et vous préparera à la respiration circulaire !

La langue : TE, KE, TEKE, TEKETE, ...

Pour le TE, ramener la pointe de la langue de façon à bloquer l'air en la plaçant contre les incisives de la machoire supérieur (dites TE en parlant et refaites la même chose dans le didgeridoo). Pour le KE, c'est la partie de la langue situé près de la gorge qui va venir boucher le passage à l'arrière de la voûte du palais (dites KE en parlant et refaites la même chose dans le didgeridoo ^_^).
Faites des
TE TE TE TE TE TE TE TE,
puis des
KE KE KE KE KE KE KE KE,
puis alternez,
TE KE TE KE TE KE TE KE TE KE TE KE ...,
puis faites le plus vite
TKTKTKTKTKTTKTKT
(comme une mitraillette : la langue va rapidement du haut vers le bas).

Vous pouvez essayer à partir de là de créer des rythmes, comme un cheval au trop :
TEKETE TEKETE TEKETE TEKETE
ou alors ça :
TEKTEKTEK, TEKEU TEKTEKTEK TEKEU ...



Le OU-I :


Commencez par prononcer "ou-i" sans didgeridoo. Que remarquez-vous ??
Eh oui, la langue s'avance sur le I, plus précisemment, elles vient se placer sur le haut des dents du bas !
Avancez donc bien la langue, et si votre vibration s'arrête, pas d'inquiètude, avec de la pratique, vous arriverez à la maintenir.
Pour que le son soit bien net, gonflez les joues sur le OU et dégonflez les sur le I.
Vous pouvez bien sûr accélérer le mouvement, ce vous donneras un "YOUYOUYOUYOUYOUY"
Exercez vous à prononcez les voyelles dans votre instrument. Commencez par le OU, puis O, A, É, U, I, U, É, A, O, pour revenir à OU.

OUOUOOOOAAAÉÉÉÉUUIIIIUUÉÉÉÉAAAOOOOUOUOU...

Le son A est la position de transition la plus fréquement utilisé, il faut donc savoir la reproduire.
Vous pouvez en suite mélez les voyelles aux son T et K vu plus haut :

TOU TOUK TOU WII TOUTOUKOUTOUWA TOU TOUK TOU WII, ...
TOUKOU TOUKOUTOUWA WA TOUKOU WA WA, ...



Le reste est en construction. vous y découvrirez particulièrement la respiration circulaire et abddominale, 2 technique plus qu'importante, essentiel, quand on joue du didgeridoo.

Retour