Retour

LE DIDGERIDOO


Le didgeridoo, considéré comme l'un des instruments les plus vieux du monde (on a retrouvé des peintures rupestres représentant des joueurs de didgeridoo : elle daterai d'il y a 30 000 ans, contre 16 000 pour lascaux ...), doit son nom à un occidental et à sa tentative de décrire le son primitif qui provoque la transe. Pour les aborigènes d'Australie le didgeridoo est un objet créatif sacré, donné à l'homme pour chanter et créer la terre, le ciel et les étoiles. Ils le nomment Yidaki, Yaraki, Magu, Kanbi, Ihambilbig, ...

L'eucalyptus est fait de diverses fibres. Alors que l'arbre veillit, les termites ou les fourmis blanches creusent en son centre certaines fibres (on ne sait pas pourquoi elles ne mangent pas toutes les fibres). L'arbre creux choisi en tapant dessus, on en enlève l'écorce, on gratte les galeries de termites et on ajoute de la cire d'abeille ou de la gomme d'eucalyptus à l'embouchure afin d'assurer une fermeture hermétique entre la bouche du musicien et l'instrument. Ce dernier est alors décoré avec des dessins à l'ocre et à l'argile, dessins de symboles totémiques relatifs au "dreamtime" aborigène.

Par tradition, les hommes aborigènes jouent de cet instrument et frappent des batons pour accompagner les chants et les danses lors de rituels et à l'occasion de fêtes. Toutefois, contrairement aux idées reçus, seul certaines tribu interdisent aux femmes de jouer du didgeridoo, et encore, seulement lors de certains ritueels.

Le didgeridoo possède une gamme expressive très large : d'athmosphères musicales lentes et impressionantes, souvant d'une puissance inexorable, à la gaieté pleine d'entrain allant même jusqu'a la légéreté pétulante. L'intérêt grandissant porté au son unique du didgeridoo a récemment aidé les aborigènes d'Australie a gagné la reconnaissance internationale de leur culture et de leur histoire.

Cet instrument s'accorde désormais à divers style musicaux comme le rock, la pop, le tribale, la fusion, le celtique, l'électro, le new-age, des association avec la voix, avec des percussions, des musiques indiennes et d'autres instruments du monde entier. (voir page de lien pour decouvrir des groupes utilisant un ou plusieurs didgs)



Mythes de la création du didgeridoo :

Bur Buk Boon au feu :

Au commencement, tout était froid et sombre. Bur Buk Boon était en train de préparer du bois pour le feu afin d'apporter la protection de la chaleur et de la lumière à sa famille. Bur Buk Boon ajoutait du bois dans le feu lorqu'il remarqua qu'une buche était creuse et qu'une famille de termites était fort occupées a grignoter le bois tendre du centre de la buche. Comme il ne voulait pas blesser les termites, Bur Buk Boon apporta la buche creuse à sa bouche et commença a souffler. Les termites furent projetés dans le ciel nocturne, formèrent les étoiles et la Voie Lactée et illuminèrent le paysage. Et pour la première fois le son du Didgeridoo bénit Mere la Terre, la protégeant elle et tous les esprits du "temps du rêve", avec ce son vibrant pour l'éternité...



Yidaki :

Yidaki, le guerrier aborigène est retourné de la chasse avec un kangourou sur les épaules. Tout à coup il a vu une branche creuse et morte par terre. Il l'a prise dans ses mains et a vu la lumière du jour a travers et il a aussi remarqué que cette branche était à l'interieur complétement couverte de petits insectes (maintenant ont sait que c'était des termites). Pour sortir ces insectes il a soufflé dans la branche et il a découvert que cela faisait un son bizarre. Il a vraiment aimé ce son spécial. Il a aussi remarqué qu'en soufflant par le nez et par la bouche d'une manière circulaire il pouvait faire des rythmes et imiter les sons des animaux. Le guerrier a alors amené cet branche creuse à la maison pour la presenter à sa tribu. Ils étaient vraiment attiré par ce son. Ils ont commencé a la peindre avec de l'ocre coloré et ils ont dansé le "Corroboree" sur les rythmes de Yidaki.

Durant sa vie il apprit la respiration circulaire à beaucoup de jeunes gens et cet instrument est vite devenu très populaire et une partie fixe de leur culture. Il était utilisé dans des cérémonies, des danses et pour guérir les gens.

Quand le guerrier fut décédé, son esprit quitta son corps et alla dans cette branche creuse qu'on appelle maintenant un Didgeridoo. Si on pose l'oreille sur l'embouchure du Didgeridoo et que l'on écoute bien dans un coin tranquille on peut encore entendre Yidaki jouer de son instrument.



Le feu de camp :

Comme les femmes des aborigènes s'occupaient de la nourriture, c'était également elles qui s'occupaient du feu pour cuisiner. Un jour elles on préparé un grand feu en dehors de leur camp en mettant le bois de sorte a obtenir une grande pile comme un feu de camp. Apres l'avoir allumé, le feu a produit un courant d'air qui passait par les branches creuses. Celles-ci produisaient un son sourd, grondant et vibrant. Quand les femmes sont rentrées au camp, elles ont raconté l'histoire aux hommes, qui ont donc essayé de reproduire le son. Avec succés comme on le sait maintenant.





Retour